Guatemala

Soutenez des projets de plantation qui ont un véritable impact pour le climat et la biodiversité.


Planter un arbre au Guatemala pour 1,34 euros

Ă  propos

Le Guatemala est un pays d’AmĂ©rique centrale entourĂ© la mer des CaraĂŻbes et l’ocĂ©an Pacifique. Si la moitiĂ© du territoire est bercĂ© d’un climat tropical aux pluies torrentielles en Ă©tĂ©, les montagnes couvrants la moitiĂ© du territoire bĂ©nĂ©ficient d’un climat tempĂ©rĂ© variable en fonction de l’altitude.

Signifiant “terre des arbres” en langue maya-toltĂšque, son nom provient du fait que le pays possĂšde l’un des systĂšmes forestiers les plus Ă©tendus et les plus diversifiĂ©s d’AmĂ©rique centrale. PossĂ©dant la deuxiĂšme plus grande biodiversitĂ© d’AmĂ©rique centrale, le pays abrite 1 246 espĂšces animales connues et 8 681 espĂšces vĂ©gĂ©tales, dont 13,5% ne se trouvent nulle part ailleurs au monde.

Malheureusement, le pays perd ses prĂ©cieuses forĂȘts Ă  un rythme rapide. Couvrent aujourd’hui moins de 30% du territoire historique, les forĂȘts continuent Ă  perdre 0,5% de leur superficie chaque annĂ©e.

En raison de sa topographie, le Guatemala est sensible aux catastrophes naturelles frĂ©quents tels que les glissements de terrain et les inondations. Victime Ă©galement du changement climatique, en 2017, c’est un lac entier, la lagune d’Atescatempa, qui s’est assĂ©chĂ©. Toutefois, le principal moteur de la dĂ©forestation est la croissance dĂ©mographique et les disparitĂ©s Ă©conomiques, l’agriculture et Ă  la collecte de bois de chauffage. La pression dĂ©mographique autour des zones protĂ©gĂ©es a entraĂźnĂ© la rĂ©colte illĂ©gale de bois et le dĂ©frichage des terres pour l’agriculture, mĂȘme Ă  l’intĂ©rieur des parcs nationaux.

 

Nos projets soutenus

ForĂȘts du littoral

Les mangroves dĂ©gradĂ©es sont restaurĂ©es avec des espĂšces vĂ©gĂ©tales indigĂšnes afin de prĂ©server ces Ă©cosystĂšme forestiers maritime mis en danger par la dĂ©forestation et le tourisme qui s’y dĂ©veloppe rapidement.

Principales espÚces natives plantées

  • Diverses espĂšces natives de mangroves

 

k1
k2
k3
k4
k5
k6
k7
k8
k9
k10
k11
k12

Précédent
Suivant

Impact

Puits Ă  carbone

Chaque arbre fixe du carbone au cours de sa croissance. En rĂ©duisant le taux de CO₂ atmosphĂ©rique, les forĂȘts permettent de lutter contre le rĂ©chauffement climatique.

Reforestation naturelle

La reforestation avec des especes vĂ©gĂ©tales indigĂšnes permet un rĂ©tablissement naturel de la forĂȘt et le dĂ©veloppement d’autres vĂ©gĂ©taux locaux cohabitant avec cette flore.

Soutiens la biodiversité

Offre de nouveaux habitats pour la faune de la région et permet de sauvegarder indirectement la biodiversité animale locale.

Améliore la santé

Augmente la qualitĂ© du sol et le captage de l’eau, permettant de recrĂ©er les zones humides et les sources prĂ©sentes Ă  l’origine et protĂšge des glissements de terrain.

EspĂšces endemiques

Ces espĂšces remarquables et souvent peu connues vivent uniquement au Kenya et nulle pars ailleurs.

F a u n e

Rhynchocyon chrysopygus

Ce petit mammifÚre insectivore au long museau flexible pÚse environ 550 g et mesure 50 cm, la moitié étant uniquement dû à sa queue.

Kinyongia boehmei

Ce camĂ©lĂ©on arboricole vit entre 1 200 et 2 200 m d’altitude aux monts Taita. Le mĂąle possĂšde une protubĂ©rance en corne sur son front.

Boulengerula niedeni

Ressemblant Ă  un serpent, cette espĂšce n’est pas un reptile mais un amphibien longiforme dĂ©pourvu de pattes. On le retrouve aux Monts Taita entre 1 000 et 1 500 mĂštre d’altitude.

Statut de conservation:

EN DANGER

Statut de conservation:

Quasi menacé

Statut de conservation:

EN DANGER

F L O R e

Dendrosenecio battiscombei

Cette astéracée en rosette aux feuilles de 80 cm peut atteindre 7 m de haut. Sa floraison est trÚs rare et ne se fait généralement pas plus de 4 fois au cours de sa vie. AprÚs chaque floraison, la plante se ramifie.

Euphorbia tanaensis

Cette euphorbe arborescente est l’une des espĂšces les plus menacĂ©e au monde. Seuls 20 individus matures existent dans la nature.

Streptocarpus teitensis

Avec seulement 2 500 individus prĂ©sents uniquement au mont Mbololo, l’aire de distribution de cette fausse violette se limite Ă  1 kmÂČ !

Statut de conservation:

Préoccupation mineure

Statut de conservation:

DANGER Critique

Statut de conservation:

DANGER Critique