népal

Soutenez des projets de plantation qui ont un véritable impact pour le climat et la biodiversité.


Planter un arbre au Népal pour 0,14 euros

à propos

Bien qu’à peine plus grand que la Grèce, le Népal enclavé par l’Himalaya à une altitude variant de 60m dans le Téraï à 8 849m entraînant une grande diversité de climats et de paysages. Le climat tropical humide dans les plaines du sud devient plus tempéré dans les zones montagneuses. Possédant 8 montagnes parmi les 10 plus hautes du monde, dont l’Everest, ces régions de haute altitude ont un climat quant à eux secs et froid.

La biodiversité y est très élevée. Le pays occupe environ 0,1% de la superficie planétaire mais abrite respectivement 3,2% et 1,1% de la flore et de la faune mondiale.

Bien qu’il ne soit à l’origine que de 0,025% des émissions de gaz à effet de serre, le Népal est l’un des pays les plus vulnérables et les plus affectés par le changement climatique. 25% des glaciers ont fondu en 10 ans entraînant la formation de lacs. La région soumise à des séismes fréquents en raison de la subduction de la plaque indienne sous la plaque eurasiatique peuvent rompre leurs berges déjà instables menaçant d’inonder les espaces sous-jacent en plus des éboulements des destructions occasionnés.

Seulement 20% de la superficie totale du pays est cultivable et les besoins croissants de la population en bois de chauffage et en riz entraînent une déforestation importante et des feux de forêts. Aujourd’hui, seul 30% des forêts primaires de pays restent préservées. 

Nos projets soutenus permettent de restaurer les forêts d’un large éventail de paysages géographiques dans des zones d’importance critique pour plus de 700 espèces locales.

 

Nos projets soutenus

Forêts tropicales et subtropicales

Les reforestation à Jhapa et en bordure du Parc national de Chitwan aide à créer une zone tampon vitale pour protéger l’habitat des animaux dont de nombreux menacés tels que le rhinocéros unicorne et le tigre du Bengale.

Montagnes du Nawalparasi

La déforestation de cette zone tectonique très active à rendu cette région très instable. Les nouveaux arbres apportent de grands avantages en ancrant le sol et en protégeant les écosystèmes et villages sous-jacents.

Principales espèces natives plantées

  • Diverses espèces natives du genre Polylepis, adaptées aux altitudes extrèmes de la région.

k1
k2
k3
k4
k5
k6
k7
k8
k9
k10
k11
k12

Précédent
Suivant

Impact

Puits à carbone

Chaque arbre fixe du carbone au cours de sa croissance. En réduisant le taux de CO₂ atmosphérique, les forêts permettent de lutter contre le réchauffement climatique.

Reforestation naturelle

La reforestation avec des especes végétales indigènes permet un rétablissement naturel de la forêt et le développement d’autres végétaux locaux cohabitant avec cette flore.

Soutiens la biodiversité

Offre de nouveaux habitats pour la faune de la région et permet de sauvegarder indirectement la biodiversité animale locale.

Améliore la santé

Augmente la qualité du sol et le captage de l’eau, permettant de recréer les zones humides et les sources présentes à l’origine et protège des glissements de terrain.

Espèces endemiques

Ces espèces remarquables et souvent peu connues vivent uniquement au Kenya et nulle pars ailleurs.

F a u n e

Rhynchocyon chrysopygus

Ce petit mammifère insectivore au long museau flexible pèse environ 550 g et mesure 50 cm, la moitié étant uniquement dû à sa queue.

Kinyongia boehmei

Ce caméléon arboricole vit entre 1 200 et 2 200 m d’altitude aux monts Taita. Le mâle possède une protubérance en corne sur son front.

Boulengerula niedeni

Ressemblant à un serpent, cette espèce n’est pas un reptile mais un amphibien longiforme dépourvu de pattes. On le retrouve aux Monts Taita entre 1 000 et 1 500 mètre d’altitude.

Statut de conservation:

EN DANGER

Statut de conservation:

Quasi menacé

Statut de conservation:

EN DANGER

F L O R e

Dendrosenecio battiscombei

Cette astéracée en rosette aux feuilles de 80 cm peut atteindre 7 m de haut. Sa floraison est très rare et ne se fait généralement pas plus de 4 fois au cours de sa vie. Après chaque floraison, la plante se ramifie.

Euphorbia tanaensis

Cette euphorbe arborescente est l’une des espèces les plus menacée au monde. Seuls 20 individus matures existent dans la nature.

Streptocarpus teitensis

Avec seulement 2 500 individus présents uniquement au mont Mbololo, l’aire de distribution de cette fausse violette se limite à 1 km² !

Statut de conservation:

Préoccupation mineure

Statut de conservation:

DANGER Critique

Statut de conservation:

DANGER Critique